4 sept. 2017

La Grande Foirade

A la création du blog, je t'avais fait une promesse : ne pas te cacher mes foirades. Seulement voilà, il n'y en a pas eu beaucoup des foirades : quelques crèmes qui ont déphasé, des recettes dont je n'étais pas forcément hyper satisfaite, des savons aux traces fulgurantes, mais rien de bien transcendant, rien de franchement loupé.

Alors aujourd'hui, pour tenir ma promesse, je vais te parler de mon dernier savon, j'ai nommé La Grande Foirade.

La recette :

HV Olive bio 650g
HV Coco bio 250g
BV Karité bio 100g

Soude à recalculer pour un surgraissage à 10%

Fragrances 3%

Tu vois, une recette tout à fait basique, comme la plupart de mes recettes de SAF.

J'avais prévu un savon recyclage, dans lequel j'ai incorporé mes chutes d'autres savons. Bon, pour le recyclage, on repassera, hein !

Mais du coup, qu'est-ce qui s'est passé ?

Eh bien voilà. J'ai mélangé ma fragrance avec mes huiles, comme je le fais régulièrement, ce qui me permet une meilleure gestion de la trace.
Ensuite, j'ai ajouté lentement la solution de soude, tout en mélangeant doucement la pâte avec le fouet. Et c'est là que tout est devenu étrange. Je n'avais jamais vu cette réaction : une sorte de trace fulgurante, mais avec une texture de pâte sablée, à la limite de la pâte à crumble. Je ne sais pas si t'arrives à imaginer le truc. J'ai pas pensé sur le coup à prendre en photo. Mais même l'Amoureux (qui ne s'intéresse jamais vraiment aux savons) est passé à côté de moi à ce moment là et m'a dit "c'est normal cette texture ? Elle est vraiment étrange".

Bref, j'arrive malgré tout à mélanger un peu, puis je coule dans mon moule, en incrustant mes restes de savons, je couvre, et je le laisse dans un coin de ma cuisine. Une semaine complète. Faut dire que je ne le sentais pas, j'avais un peu peur du démoulage. Par endroit, j'avais l'impression qu'il suintait un liquide transparent... Huile ? Eau ? Soude ?  Mystère !

Bon, j'ai quand même fini par me décider à le découper. Alors, alors ?

Alors, dans les tranches de savons, comme tu peux le voir sur la photo ci-dessous, il y avait des trous, remplis de liquide transparent. J'ai testé le PH de ce liquide en y trempant une bandelette. Verdict : Ph à 14. Mon savon était rempli de poches de soude, et donc inutilisable.

(Encore et toujours une photo moche !)



Bon, du coup, ce savon raté, on en fait quoi ?

Deux solutions s'offrent à toi : le jeter ou le relarguer.

Le relargage permet de transformer un savon loupé en tensio-actif, et donc de pouvoir ensuite l'utiliser pour fabriquer de la lessive par exemple.

Comment ça marche ?

D'abord, tu coupes ton savon en petit morceaux (si t'es courageux.se, tu le râpes !). Ensuite, tu le mets dans une casseroles avec une solution d'eau saturée en sel. La solution de sel va emporter avec elle les impuretés du savons (glycérine, fragrances, colorants etc). Et donc à la fin du processus, il te restera un savon neutre, non surgraissé, non parfumé et pas coloré, donc idéal pour fabriquer des produits ménagers (mais pas que : certain.e.s fabriquent aussi des cosmétiques avec !).

De mon côté, j'ai préféré le mettre à la poubelle.

J'ai du mal à comprendre comment de l'eau salée pourrait enlever la soude de mon savon. L'eau seule ne peut pas enlever la soude, éventuellement la diluer, mais pour enlever une base, il faut un acide. Or, je n'ai jamais entendu ou lu qu'une solution saline avait un Ph acide (<7).

Mon raisonnement est peut-être erroné, je ne suis après-tout pas chimiste. Cependant, sur ce genre de problème, j'estime que la balance bénéfices / risques penche trop vers le risque plutôt que vers le bénéfice. Donc, il me semble plus sage de jeter le savon que de risquer une brûlure à la soude. Et pour le confirmer, si jamais tu as un doute, je t'invite à regarder quelques photos de brûlures chimiques (clic-clic-ici ; attention, c'est pas très jojo !)

Voilà voilà ! On se quitte sur ces images, et on se dit à bientôt, pour une vraie recette pas loupée ;-)



10 août 2017

Pourquoi je ne vends pas mes produits...

Je reviens avec un article que je voulais écrire depuis un moment, sans jamais en prendre le temps. Une explication, ou une mise au point qu'il me semble important de faire, au sujet d'une question qui revient si souvent, sous différentes formes...

Tu vends tes savons ?
Je peux t'acheter un shampoing ?
Tu veux pas me faire mon gel douche ? Oh, ne t'inquiète pas, je te le paie, hein !


Alors pour te répondre franchement, c'est NON, NON et NON. Et je vais profiter de cet article pour t'expliquer pourquoi.

Bien entendu, c'est toujours un plaisir pour moi d'offrir un shampoing, un savon, une chantilly et de faire découvrir à mes proches qu'il est possible de fabriquer soi-même de chouettes produits.

Mais je n'ai pas vocation à devenir ton fournisseur officiel, et ce pour plusieurs raisons.

D'abord, légalement, je n'en ai pas le droit. Alors je te connais, je t'entends déjà me répondre "ouais, mais bon, la loi, on s'en fout un peu, hein ! C'est bon, c'est pas grave !". Et bien si, ça l'est pour moi.

Je passe du temps à étudier les fiches techniques des produits, à essayer de comprendre les mécanismes chimiques qui se mettent en place lorsque je mélange différents ingrédients dans une formule. J'essaie de comprendre les besoins de la peau, l'action des ingrédients que je vais utiliser sur la peau. Et je suis mon propre cobaye.

Si une de mes formules foire, si je me suis plantée dans le dosage d'un ingrédient, si je me retrouve avec une grosse allergie....c'est ma responsabilité de moi-même envers moi-même. Et personne d'autre !

Comme je commence à bien te connaître, je t'entends déjà "Oui, mais bon, ça va, quelques boutons, un peu d'eczéma, c'est pas bien grave après tout". Oui, mais non ! Un choc anaphylactique, ça te parle ? Ben tu vois, c'est tout à fait le genre de chose dont je ne souhaite pas être responsable. Alors, oui, je sais, c'est rare. Mais après tout, il suffit d'une fois !

Prenons un autre exemple.

Lorsque je créé mes produits, je travaille dans ma cuisine. Dans des conditions d'hygiène que je juge acceptables. Et acceptable ne veut pas dire optimale. Pourquoi acceptables ? Parce que tout est désinfecté : mon plan de travail, mes ustensiles, mes contenants, mes mains etc etc etc. Mais je ne travaille pas en laboratoire ; je n'ai pas de charlotte sur la tête ; mes ustensiles ne sont pas stérilisés...

Maintenant, assieds-toi, et imagine.

Je te fabrique une crème, une recette que je connais parfaitement, que je réalise souvent, et qui est très stable. Manque de bol, ce jour là, une partie d'un ustensile ou du contenant est mal désinfecté. Bim bam boum, tu te retrouves à l'hosto avec un staphylocoque. Et tout ça par MA faute.

Tu comprends un peu mieux, maintenant ?

La pratique illégale de la vente de produits cosmétiques est sanctionnée par deux ans d'emprisonnement et 30000€ d'amende. Franchement, pour une crème ou un savon, c'est un peu con ! Alors bien sûr, c'est à relativiser, la loi parle ici de réelle entreprise illégale.

Et les professionnels alors ?

Ils sont nombreux à proposer des produits d'excellente qualité, fabriqués dans des conditions irréprochables. Ils sont en général passionnés par leur métier, à l'écoute de leurs clients. Leurs produits ne sont pas si chers que ça lorsqu'on calcule le coût des matières premières, du travail, de la formation, l'investissement pour les locaux, le maintien aux normes, etc etc etc.

Tous les produits vendus par des artisans professionnels de la cosmétique doivent être testés en laboratoires. Toutes les formulations sont vérifiées et étudiées.

L'installation, pour un savonnier ou un fabriquant de cosmétiques coûte très cher pour être dans la loi, pour répondre aux normes. Elles sont mises en place pour te protéger, toi, consommateur.

Alors lorsque je te dis que non je ne souhaite pas te fournir en savons de manière régulière, lorsque je te conseille des boutiques physiques ou des boutiques en ligne, je ne le fais pas pour t'emmerder. Je le fais pour te protéger, pour te permettre de comprendre qu'un savon qui coûte entre 4 et 6€ chez un savonnier, c'est normal, c'est le coût de ta sécurité et des ingrédients de qualité. Je le fais aussi pour protéger et valoriser ces artisans.

Jamais je ne m'installerai pour vendre mes produits. Ca ne m'intéresse pas. La production en grande quantité, la production quotidienne, être mon propre patron, tout cela n'est pas d'un grand intérêt pour moi. Créer, comprendre, étudier, formuler, ça me passionne. Mais pour moi, à titre personnel.

Pour aller plus loin, je te conseille :

- l'article de La Cosméteuse sur la pratique illégale de la cosmétique :  http://lacosmeteuse.blogspot.fr/2014/06/cosmetique-illegale.html

- Le site internet de l'association Ensemble pour la Cosmétique Maison, dont je suis membre, et qui a pour objectif de valoriser, informer sur cette pratique, et également de valoriser les artisans qui suivent cette démarche :
http://association-ecm.com/index.php/pourquoi-la-cosmetique-maison/

- L'article "Naturel ne veut pas dire sécuritaire" sur la page Facebook de l'association ECM : https://www.facebook.com/notes/ecm/naturel-ne-veut-pas-dire-securitaire-1/797560507070311/

Quelques artisans qui proposent de chouettes produits :

- Bélice : un artisan savonnier près de chez moi, qui a aussi une boutique en ligne. Je n'ai jamais testé ses produits (j'achète très peu de savons !), mais j'ai eu d'excellents retours par des proches. Et j'ai eu l'occasion de le rencontrer en passant à sa boutique, de discuter de son installation, des démarches, des validations des recettes, du coût de tout cela... De chouettes produits, originaux.

- Pop! : Pop! ce sont des savons bons pour la peau, pour la planète et pour le moral ! Une gamme colorée, pétillante, hyper agréable, jeune et dynamique... à l'image de Lison, la créatrice de la boutique ! J'ai eu l'occasion de la croiser sur un marché quelques temps après l'ouverture de sa boutique. J'avais acheté un lot de savons et je me souviens les avoir adorés ! Et puis Lison, c'est aussi le blog c-moi-qui-la-fait, qui était tout de même bien chouette, il faut l'avouer !

- Le Jardin de Lilith : Charlie, gérante de cette boutique, fait partie des premières blogueuses que j'ai lues lorsque je me suis lancée dans la cosméto maison. Elle a ouvert sa boutique il y a un an environ. On y trouve des matières premières, et des produits cosmétiques qu'elle réalise. J'ai testé trois de ses savons il y a quelques temps, je les ai beaucoup aimés. Une boutique végane, qui s'engage dans une démarche de respect de l'environnement, qui tend vers la réduction des déchets...

- Naturel o galop : Une savonnerie que je ne connais pas, mais dont j'ai lu beaucoup de bien.

- Les Savons de Mandelines : De chouettes savons au lait d'annesse fabriqués du côté de Lyon.

- Lamazuna : Une boutique engagée dans une démarche de réduction des déchets. Tu y trouveras des shampoings solides, des beurres pour le corps, des dentifrices solides etc. Des produits que je n'ai pas encore testés (j'ai une commande qui devrait bientôt arriver !) mais dont j'ai lu et entendu le plus grand bien.

J'arrête ma liste ici, mais tu vois, il y a plein de solutions un peu partout ! Tu peux trouver des boutiques en lignes, des artisans près de chez toi ... C'est important aussi de faire travailler ces personnes passionnées et de faire connaître leurs démarches et leur travail de grande qualité.

N'hésite pas à partager en commentaire tes bons plans, tes artisans coup de cœur ! Il y a de la place pour tout le monde.



25 mars 2017

Blue Psychedelic Soap

Encore un savon ! Il faut avouer que j'aime vraiment les bulles, et que mon stock baisse à vue d’œil. Mon étagère à savon se vide à une vitesse hallucinante !

Ce savon aurait dû être une goutte de lune... Mais tu commences à me connaître maintenant, et tu sais que (sauf pour le Supper's Ready Soap), rien ne se déroule jamais comme je le souhaite ! Ma pâte a énormément épaissie, et je nai pas pu faire la goutte de lune. Mais.... Je le trouve superbe ce savon !

Alors la recette
BV Karité 500g
HV coco 200g
HV Olive 200g
HV Ricin 50g
HV Cameline 50g

Soude à recalculer pour un surgraissage à 10% (en réduction de soude)
Parfumé avec la fragrance "Loup Garou" de La Folie des Senteur. Voilà ce qu'en dit le site :

"Un parfum sexy et animal, composé d’éclats d’agrumes frais, autour d’un cœur floral de lavande et d’ylang. Un fond terreux de patchouli et de bois épicé complètent cette senteur, équilibré par du cuir, du musc, des nuances balsamiques, un fond de vanille poudrée."

Ce parfum est comment dire ? "Ahhhoouuuuuuuuu" !!!! (tentative échouée de retranscription à l'écrit du cri du loup !)

En colorant, j'ai utilisé les micas bleu glacial, bleu tropical, old blue de la boutique, ainsi que du charbon pour le noir.




Le voilà tout juste coulé.



Et le voilà tout juste découpé.

Je l'aime beaucoup ce savon.

D'abord, je le trouve assez joli. Je en suis pas une fana du bleu, c'est même une des couleurs que j'aime le moins. Mais je trouve que ces bleus là sont plutôt chouettes.

L'odeur est à tomber ! Je suis fan. Mais bon, en même temps, c'est sans surprise pour moi : patchouli, épices, musc... Je ne peux qu'être amoureuse !

A l'usage, il est super agréable. Très doux, une mousse onctueuse. C'est la première fois que j'utilise la cameline en savonnerie (elle se trouve dans le Supper's Ready Soap, mais je l'ai fait après celui-ci !). J'aime beaucoup là douceur qu'elle apporte au savon. Et là, couplée au karité et à ses insaponifiables... J'adore cette recette ! Vraiment.


Et toi, t'en penses quoi de cette recette ? Tu l'utilises en SAF la cameline ?